Quand le déclic arrive!

Publié le par ninette

8h39 : Entrée en classe : la journée commence et l’émotion revient… Voir ces enfants investir avec tant d’assurance la classe vide me remplit de joie… Une bonne journée qui commence…

 

Une neige de fleurs… Une fleur dans les cheveux de Marie, une enfant magnifique… un sourire d’enfant… Que vaut ma fatigue et ma mauvaise humeur à côté de cela ?

 

Une bonne journée, qu’est-ce que c’est au juste ? Une journée où le sourire me vient, où le moindre détail peut faire battre mon cœur : un sourire dans la rue, un pigeon sur le trottoir. Ce n’est pas une journée où un évènement extra arrive, où quelque chose de fabuleux vient tout changer. Non, c’est juste un bien-être intérieur, un petit bonheur permanent. C’est aimer les gens, avoir envie de communiquer avec eux. C’est avoir envie de rire tout le temps, sans raison apparente. Juste parce qu’on est bien et qu’il ne manque que ça pour que ce soit parfait ! Au badminton, Mardi soir, Christophe m’a dit que je riais tout le temps, pour rien. Il a raison. Mais, comme je lui ai dit : « Si je faisais tout le temps la tête, ça ne serait pas mieux !!! ». Un rire, c’est un rayon de soleil. C’est un moment de bonheur intense que rien ne peut surpasser. C’est si bon de rire !!! Oui, on me prend souvent pour une fille stupide parce que je ris d’un rien. Mais, ce qu’ils ne comprennent pas c’est qu’au contraire, le rire est la plus belle des intelligences… Oui, car, pour moi, tout est drôle, tout peut devenir beau si on s’en donne la peine ! Non ! Je ne prends pas la vie au sérieux ! Mais, comment en faire autrement ? Avec tout ce que j’ai vécu : la galère, l’abandon… J’en serai devenue aigrie !! Oui, j’ai choisi le sourire au chagrin. Mais, qui peut me le reprocher ?

 

         Jamais je ne parle de ce qui peut me faire du mal hormis dans ce blog (vous m’en voyez désolée). J’essaie de me plaindre le moins possible, de ne jamais être de mauvaise humeur. Je n’y arrive pas tout le temps, mais, je me débrouille quand même pas mal !!!

 

Commenter cet article